POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Montréal, le 20 avril 2021 – La Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université (FQPPU) a pris connaissance du budget présenté par la ministre des Finances, Chrystia Freeland, et de l’état des finances publiques, aux prises avec un déficit historique de 265 milliards de dollars sur trois ans.

Malgré cette conjoncture exceptionnelle, la FQPPU salue les forts investissements faits en recherche. Elle déplore cependant qu’une partie importante de ce financement soit consacrée à de la recherche stratégique dans des secteurs ciblés et au soutien à l’innovation et à la recherche industrielle. Elle aurait souhaité voir un meilleur équilibre entre les disciplines et un soutien plus important pour la recherche fondamentale afin d’atteindre les cibles recommandées par le Conseil consultatif pour l’examen du soutien fédéral à la science fondamentale en 2017.

Si la Fédération salue l’annonce de 4,1 milliards de dollars pour rendre plus abordable l’éducation postsecondaire, en doublant notamment les bourses d’études canadiennes pour les deux prochaines années, elle déplore que le dossier de l’enseignement supérieur soit tributaire d’une vision centrée sur la relance économique et la création d’emplois, notamment au moyen de sommes orientées vers l’apprentissage en cours d’emploi et le perfectionnement des compétences. L’absence d’augmentation des transferts fédéraux en matière de programmes sociaux (dont 30% environ sont consacrés à l’éducation) est aussi regrettable, considérant que l’enseignement postsecondaire souffre d’un désengagement public depuis nombre d’années. La dernière réelle augmentation pour ce transfert remonte à 2008.

Dans la foulée des déboires de l’Université Laurentienne et du licenciement d’une centaine de professeur.e.s, il était urgent que le gouvernement prenne au sérieux la situation des francophones en milieu minoritaire. La Fédération prend acte de l’annonce d’un investissement de 121,3 M$ sur trois ans pour les établissements postsecondaires dans la langue de la minorité ainsi que 392 M$ sur 3 ans pour la promotion des langues officielles.

Elle se réjouit que le gouvernement ait adopté des mesures qui soutiennent les principes d’équité, de diversité et d’inclusion, notamment grâce aux mesures de renforcement de la diversité dans la gouvernance des entreprises et au sein de la fonction publique. Du même coup, elle salue les investissements historiques et substantiels de 18 milliards (sur 5 ans) consentis dans le but de réduire les écarts existants entre les peuples autochtones et non autochtones dans différents domaines, dont l’éducation.

Sur la lutte aux changements climatiques, bien que la Fédération souligne les investissements annoncés dans le budget 2021, elle juge tout de même que le gouvernement se doit d’être plus ambitieux en la matière. Elle déplore que la crise climatique soit passée au second plan, après la relance économique post-pandémie, mais elle considère ces mesures comme un premier pas significatif vers une économie à faibles émissions de carbone.

La FQPPU est satisfaite des nombreuses mesures proposées dans le budget 2021 pour lutter contre la planification fiscale abusive, l’économie souterraine et l’évasion fiscale. Ces mesures permettront, en ces temps difficiles, de renflouer les coffres publics, mais elle reconnaît qu’il reste encore beaucoup à faire pour instaurer une fiscalité plus juste. Le projet d’imposer les grandes entreprises de services numériques est aussi une mesure que la Fédération suivra de près.

– 30 –

La FQPPU représente la majorité des professeures et professeurs réguliers dans les universités francophones et anglophones du Québec.

Source : Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université (FQPPU)
www.fqppu.org

Renseignements :
Maryse Tétreault, FQPPU
514 663-4001 (portable)
maryse.tetreault@fqppu.org

 


Partagez cette page :
Facebooktwitterlinkedinmail

X