Montréal, le 25 novembre 2019 – La Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université (FQPPU) est gravement préoccupée par l’escalade de violence sur les campus universitaires de Hong Kong, notamment à l’Université Polytechnique, où des affrontements ont eu lieu la semaine dernière entre les forces de l’ordre et les militants prodémocratie, incluant de nombreux étudiants. Bien que la tension semble s’amenuiser au lendemain des élections locales, où les candidats associés au camp prodémocratie ont remporté une majorité de sièges, la FQPPU ajoute sa voix à celle de l’Association canadienne des professeures et professeurs d’université (ACPPU) et de l’American Association of University Professors (AAUP) pour appeler à des actions immédiates afin que les droits fondamentaux des personnes soient respectés et que cesse la répression violente des manifestations, en particulier sur les campus universitaires.

La FQPPU s’alarme aussi des violations de la liberté académique et de l’autonomie universitaire à Hong Kong depuis le début du conflit. Un rapport publié en septembre dernier par l’organisme Scholars at Risk documente les efforts des autorités chinoises qui ciblent, intimident et prennent des mesures disciplinaires contre les professeurs et les étudiants qui se prononcent en faveur du mouvement prodémocratie. Ce rapport s’intéresse également aux difficultés qu’ont les universités étrangères engagées dans des partenariats avec les universités chinoises à maintenir la liberté académique des professeurs en ce qui a trait aux contenus enseignés dans ces programmes d’études conjoints.

Dans ce contexte, la Fédération appelle les directions de toutes les universités québécoises qui ont des programmes en partenariat avec des universités chinoises à prendre des mesures vigoureuses pour s’assurer que les professeurs et les étudiants qui enseignent et étudient dans ces programmes jouissent des mêmes libertés académiques que celles qui prévalent en sol canadien. Elle les invite également à utiliser les leviers à leur disposition pour faire pression sur le gouvernement chinois afin qu’il fasse preuve de retenue dans sa répression des soulèvements prodémocratie.

La FQPPU rappelle que les personnes arrêtées dans la foulée des manifestations à Hong Kong ont droit à un procès juste et équitable, à des conditions de détention adéquates, à des conseils légaux et à des traitements médicaux lorsque nécessaire.

– 30 –

Depuis 1991, la FQPPU est l’instance de concertation et de représentation du corps professoral universitaire québécois.

Source :                                 Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université (FQPPU)  www.fqppu.org

Renseignements :       Hans Poirier, 514-843-5953 (bureau) 514-755-5858 (portable)


Partagez cette page :
Facebooktwitterlinkedinmail

X