Les universités du Québec sont à court de professeurs et plus de 2000 postes seront vacants lors de la rentrée scolaire à la suite des coupes budgétaires des trois dernières années, dont 20 à Rimouski.

Ces données ont été publiées lors de la commission parlementaire sur la qualité, l’accessibilité et le financement des Universités au Québec.

C’est le résultat des restrictions budgétaires de 737 millions $ imposées aux universités du Québec depuis trois ans.

À l’Université du Québec à Rimouski, 20 postes de professeur ne sont pas comblés. L’offre des cours sera également diminuée. Mais la croissance du nombre d’étudiants est toujours positive.

Martin Maltais, qui est membre du Comité sur le financement de la Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université (FQPPU) et professeur à l’UQAR affirme qu’on a décidé de geler le nombre de postes, mais on augmente la charge de cours, mais là on commence à être à bout de souffle».

Plus de 50 % des cours sont donnés par des chargés de cours dans plusieurs universités. Les professeurs ne remettent pas en question la qualité de l’enseignement, mais les chargés de cours n’ont pas de mandats de recherches, comme les professeurs. Ce qui devient problématique pour obtenir des subventions de recherche.

La rentrée à l’Université du Québec à Rimouski a lieu la semaine prochaine.


Partagez cette page :
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

X