Communiqué de presse

La Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université (FQPPU) retrouve avec satisfaction, dans cette nouvelle Politique nationale de la recherche et de l’innovation (PNRI), plusieurs de ses propositions et se réjouit d’un financement accru de la recherche universitaire. Des engagements sur une période de cinq années permettent d’investir de manière pérenne dans les trois fonds de recherche du Québec, récemment menacés. « Le soutien à la relève en recherche, qui prend plusieurs formes, de même qu’à la formation des
professeurs nous apparaît une des clés qui favoriseront l’avenir de la recherche universitaire », déclare Max Roy, président de la FQPPU, qui en profite pour saluer la décision de donner accès aux données publiques.

Si la PNRI affirme à quelques reprises l’importance de la recherche libre et fondamentale, la FQPPU dénote toutefois le même penchant que la précédente Stratégie québécoise de la recherche et de l’innovation (SQRI) favorisant un arrimage prioritaire de la recherche aux besoins du secteur privé. Il en va de même pour le nécessaire équilibre entre les sciences humaines/sociales et les sciences de la nature, ces dernières étant globalement plus soutenues dans l’optique de la PNRI. Par ailleurs, la FQPPU reçoit avec plaisir une confirmation de plus des engagements pris à l’occasion du Sommet sur l’enseignement supérieur, en particulier l’embauche de 1000 nouveaux professeurs. La Fédération s’assurera, à brève échéance, de produire un document d’analyse qui lui servira de guide de suivi dans l’implantation de la PNRI.

Depuis 1991, la FQPPU représente la majorité des professeures et professeurs réguliers dans les universités francophones et anglophones du Québec.

English Version

– 30 –

Source : FQPPU
514-843-5953 / 1-888-843-5953
www.fqppu.org
facebook.com/fqppu
@FQPPU


Partagez cette page :
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

X