La FQPPU se joint à l’Internationale de l’Éducation (IE) et au Comité syndical européen de l’éducation (CSEE) pour défendre les droits des réfugié·e·s et des migrant·e·s sur chaque continent en faisant la promotion de la collaboration entre les organisations membres pour « faire en sorte que chaque enfant, chaque élève, chaque enseignant·e qui fuit sa maison trouve une communauté éducative accueillante pour y apprendre et s’y épanouir. »

La guerre offensive menée par la Russie contre l’Ukraine entraîne en Europe une nouvelle vague de réfugié·e·s. L’IE-CSEE rapporte que « des personnes originaires d’Afrique, d’Asie et du Moyen- Orient, y compris des étudiant·e·s internationaux·ales, ont été victimes de discrimination et de racisme, alors qu’il·elle·s recherchaient la sécurité. L’Internationale de l’Éducation et le CSEE dénoncent tout type de discrimination. Toutes les personnes fuyant l’Ukraine doivent être traitées avec dignité et autorisées à traverser la frontière, indépendamment de leur nationalité, de leur race, de leur origine ethnique, de leur religion ou de tout autre motif. »

La Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université joint sa voix à l’IE-CSSE pour condamner toute forme de discrimination envers toutes les personnes fuyant la guerre et pour réclamer qu’elles soient traitées avec humanité, dignité et respect.

D’autres nouvelles suivront en relation avec des initiatives intersyndicales et conjointes, notamment en collaboration avec la Table des partenaires universitaires (TPU, Québec) et l’Association canadienne des professeures et professeurs d’université (ACPPU).

Lire le communiqué de lE-CSEE

 


Partagez cette page :
Facebooktwitterlinkedinmail

X