La Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université (FQPPU) dénonce le climat de violence qui paraît s’installer dans le contexte des manifestations étudiantes contre la hausse des droits de scolarité. Les événements qui ont entouré la manifestation du 10 novembre dernier, à l’Université McGill, celle du 27 janvier devant les bureaux du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport à Montréal, de même que des incidents récents font craindre des affrontements brutaux dont les étudiant-e-s seraient les victimes.

Réunis en Conseil fédéral, la semaine dernière, les membres de la Fédération ont adopté à l’unanimité une résolution demandant au ministre de la Sécurité publique de faire respecter les droits civils en exigeant des corps policiers qu’ils renoncent à l’usage excessif de la force lors de ces manifestations.

La Fédération désapprouve, du même coup, tout acte de violence et d’intimidation qui pourrait dégénérer en affrontement. Lors des manifestations pacifiques, menées par des groupes démocratiques, elle exige le respect des individus et préconise le dialogue.

Communiqué– 30 –

Source : FQPPU
514-843-5953
www.fqppu.org


Partagez cette page :
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

X