Cette nouvelle publication porte sur les fonds de fonctionnement universitaire au Québec. Elle constitue une mise à jour et un approfondissement du tout premier rapport du CFU sur le sujet, achevé en 2008. Dirigée par le professeur Michel Umbriaco, l’étude est tout aussi substantielle et solidement documentée. C’est le résultat d’un travail patient et minutieux, qui ne s’apprécie pas sans efforts mais qui est sans équivalent. Tout au contraire des rumeurs et des approximations qui entachent un discours commun sur l’université, le rapport ouvre à la réflexion tout en exposant les faits bruts. Cela est d’autant plus utile voire nécessaire dans le contexte d’un Sommet sur l’enseignement supérieur.

En plus de décrire les sources et les usages des fonds de fonctionnement, les données ici réunies indiquent notamment des fluctuations significatives dans les masses salariales. Ainsi, à un nombre croissant d’étudiants inscrits à l’université n’a pas correspondu une augmentation du corps professoral régulier. S’observent plutôt, au fil du temps, un alourdissement de la tâche et une précarisation de l’emploi. En revanche, le personnel de direction et gérance s’est notablement accru dans l’ensemble des établissements universitaires.

Avec les données acquises sur le fonds des immobilisations, les résultats de la présente étude nous convainquent de la nécessité d’une révision profonde des
orientations et du mode de financement des universités. Les recommandations du CFU vont dans ce sens. Il faut espérer qu’elles seront prises en compte lors du
Sommet sur l’enseignement supérieur en 2013.

Rapport

Annexe – Les masses salariales isolées du personnel de direction et du personnel de gérance – Juin 2013


Partagez cette page :
Facebooktwitterlinkedinmail

X