Le mobbing au travail est un sujet dont on entend de plus en plus parler dans les couloirs des universités. Il ne fait pas de doute que ce phénomène réfère à une forme particulière de harcèlement, que l’on pourrait associer à du harcèlement moral ou psychologique, mais dont la finalité revêt un caractère plus « total » dans la mesure où elle vise l’expulsion de la victime de son milieu de travail. Le mobbing se distingue toutefois d’autres formes de harcèlement en raison de sa dynamique particulière qui engage tant l’organisation que les collègues des  victimes. Rumeurs, commentaires désobligeants et atteintes à la réputation sont autant de manifestations du mobbing susceptibles d’affecter gravement le climat de travail dans nos universités, malgré leur caractère insidieux.

À la lumière de ces spécificités, ce rapport n’est donc pas une « autre » ressource sur le harcèlement, mais bien un document qui vise à mieux circonscrire le phénomène singulier et peu étudié qu’est le mobbing en milieu académique. En mandatant sa réalisation, la FQPPU souhaite convier ses membres à approfondir leurs connaissances sur le sujet, mais aussi leur fournir des pistes pour alimenter l’action syndicale en cette matière. Ce premier effort nous éclaire notamment sur la création d’outils permettant de prévenir, voire d’enrayer cette forme extrême de harcèlement en milieu universitaire. Bien entendu, la complexité et la spécificité du mobbing en contexte académique réclameraient le déploiement de plus amples travaux afin de bien mesurer l’ampleur du phénomène dans nos établissements, mais aussi d’un travail sur le terrain afin de recenser les nombreuses nuances et particularités y étant liées. À la lumière de l’intérêt que suscitera ce premier rapport, il s’agit là d’initiatives auxquelles la FQPPU pourra se joindre dans le futur.

Note : Nos remerciements à Madame Ève Seguin, professeure au département de science politique de l’UQAM, pour avoir instigué et accompagné cette recherche.

Le mobbing en milieu académique – Mieux comprendre le phénomène pour mieux l’enrayer


Partagez cette page :
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

X