La Fédération québécoise des professeures et des professeurs d’université accueille de façon assez favorable le rapport final sur le financement des universités (le rapport Tremblay-Roy) déposé la semaine dernière au gouvernement Couillard.

La FQPPU se réjouit notamment que le rapport reconnaisse l’importance d’un équilibre entre la qualité de l’enseignement et l’accessibilité aux études et qu’il recommande l’encadrement des frais institutionnels obligatoires (ces frais institutionnels obligatoires imposés en plus des droits de scolarité).

La FQPPU est cependant déçue que le rapport favorise le maintien du financement en fonction du nombre d’étudiants et qu’il propose une majoration des frais de scolarité des étudiants non québécois ainsi qu’une modulation des frais de scolarité selon les disciplines.

« Ces recommandations remettent en question des positions communément admises et ne sauraient être adoptées sans un débat de fond. Si le ministre Bolduc paraît vouloir en confier la tâche à un comité d’experts, nous favorisons, quant à nous, la création d’un véritable Conseil des universités, lequel est d’ailleurs évoqué dans le rapport », plaide Max Roy, président de la FQPPU.

Louise Leduc
La Presse


Partagez cette page :
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

X