La Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université (FQPPU) réitère son appui aux étudiants et son opposition à la hausse des droits de scolarité annoncée dans le budget 2011 du gouvernement du Québec. Considérant que l’éducation est un facteur déterminant de mixité sociale et de mieux-être collectif, la FQPPU défend, depuis toujours, l’accès à l’université, lequel est un droit reconnu à toutes les personnes qui ont la motivation et la capacité intellectuelle de poursuivre des études.

La Fédération rappelle que l’accessibilité aux études supérieures est une réalité relativement récente au Québec et qu’une large part de la population étudiante se compose d’universitaires de première génération. Elle rappelle aussi que le Québec a adhéré, avec le Canada, au «Pacte
international sur les droits sociaux, économiques et culturels» de l’UNESCO, en vigueur depuis 1976, qui promeut l’instauration progressive de la gratuité scolaire.

La hausse des droits de scolarité aura inévitablement pour conséquences d’ajouter au fardeau financier des étudiants et des familles, d’accroître l’endettement étudiant et de transformer le tableau de la fréquentation scolaire (provenance et statut socio-économique, choix des établissements, etc.). Une augmentation des frais d’études apparaît d’autant plus néfaste dans le contexte économique actuel. Elle affectera, en particulier, les étudiantes et étudiants d’origine modeste et les familles à revenu moyen, qui ne sont pas admissibles aux programmes de bourses.

La Fédération avait déjà exprimé son opposition à la hausse des droits de scolarité à l’occasion de la Rencontre des partenaires universitaires convoquée par la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, en décembre 2010, et lors du dépôt du budget du Québec en mars 2011. Elle a
également adopté, en ce sens, une résolution explicite à la réunion de son Conseil fédéral, en octobre 2011.

Plus récemment, la FQPPU a dénoncé l’usage excessif de la force par les corps policiers lors des manifestations étudiantes. Elle a adressé, à ce propos, une résolution de son Conseil fédéral au ministre de la Sécurité publique l’exhortant à faire respecter les droits civils des étudiantes et
étudiants.

La FQPPU, qui regroupe la quasi-totalité des syndicats et associations de professeures et professeurs d’université au Québec, réaffirme ses positions et encourage la mobilisation de ses membres en appui aux étudiantes et étudiants. Elle réclame, une fois de plus, un débat de fond
sur l’avenir de l’université québécoise.

Communiqué-30-

Source:
FQPPU 514-843-5953
www.fqppu.org


Partagez cette page :
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

X