POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Montréal, le 11 août 2021

La Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université (FQPPU) accueille favorablement la décision de la ministre de l’Enseignement supérieur de préconiser le retour en présentiel dans les universités québécoises pour la rentrée de 2021. Les syndicats de professeur.e.s que nous représentons espéraient ce retour en présentiel. Rappelons que les professeur.e.s ont travaillé d’arrache-pied pour soutenir un enseignement de qualité dans ce contexte où les demandes d’ajustements de nos modes pédagogiques évoluaient au gré de la propagation du virus et de la dangerosité de ses variants. Ce travail d’adaptation a entraîné une surcharge chez les professeur.e.s en plus d’affecter le moral de nos étudiant.e.s. Il est en effet difficile le limiter les impacts négatifs sur l’enseignement dans un contexte où les méthodes d’enseignement doivent évoluer sans cesse pour répondre auxexigences sanitaires.

Bien qu’ils se réjouissent de cette décision de préconiser une rentrée en présentiel, nos membres signalent des inquiétudes quant à la décision du ministère de l’Enseignement supérieur de délaisser les mesures sanitaires prescrites dans ce contexte d’urgence sanitaire telles les masques et la distanciation sociale dans les classes alors que des variants plus résistants se pointent au Québec depuis quelques semaines déjà et que le gouvernement nous met en garde contre une quatrième vague d’éclosion de Covid 19 dès l’automne. Nous rappelons que nous n’avons toujours pas reçu de nouvelles directives de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) qui est chargé d’élaborer les directives sanitaires en contexte de pandémie. Pour l’heure, l’INSPQ rappelle l’importance de maintenir le port du masque, le lavage systématique des mains, ainsi que d’assurer une distanciation physique d’au moins un mètre. Il nous semble prématuré d’abaisser les mesures sanitaires à ce moment-ci de la pandémie. Ainsi, la FQPPU demande le maintien des mesures sanitaires préconisées par l’INSPQ. Il nous apparaît incongru que le gouvernement propose des conditions de travail qui vont à l’encontre de l’esprit recherché par la Loi sur la santé publique et la Loi sur la santé et sécurité du travail.

La FQPPU souhaite également que les universités contribuent à augmenter le taux de vaccination puisque la santé publique indique qu’un taux de plus de 80% est nécessaire pour enrayer les variants plus contagieux. Pour favoriser une vaccination à grande échelle, nous suggérons au gouvernement de soutenir les directions des universités en installant des cliniques mobiles sur les campus et en étudiant la pertinence de l’exigence de double vaccination adoptée par l’Université d’Ottawa, exigence saluée par la conseillère scientifique en chef du Canada, Mona Nemer.

Enfin, la plus grande transparence, de la part du gouvernement comme de la part des directions universitaires est nécessaire, afin de préparer avec sérénité et confiance la rentrée d’automne 2021. Cette transparence est tout particulièrement souhaitée en ce qui concerne les données sur la vaccination ainsi que sur les actions déployées pour contrer cette pandémie.

-30-

Depuis 1991, la FQPPU est l’instance de concertation et de représentation du corps professoral québécois.

Renseignements :
FQPPU
514-843-5953
www.fqppu.org
facebook.com/fqppu
Twitter : @FQPPU


Partagez cette page :
Facebooktwitterlinkedinmail

X